Gestion du temps de travail : mettre fin à la culpabilité des managers

par | 2 Fév 2022 | Coaching pour les professionnels | 0 commentaires

Exercer des responsabilités de management ne va pas de soi pour tous les cadres managers. Fixer des objectifs, organiser, diriger, contrôler : certains managers éprouvent des difficultés à légitimer leurs décisions et leurs actions.

Ce sentiment de culpabilité peut se manifester à propos de la gestion de leur temps de travail et leur planning :

« Que va-t-on penser de moi si je pars plus tôt ? Si j’augmente mon temps de télétravail ? Si je m’octroie un jour de congé au milieu de la semaine ? »
Il existe pourtant quelques actions simples à mettre en place pour passer de la culpabilité à la sérénité.

Communiquer pour ne pas culpabiliser

Et si une des solutions était simplement d’en parler ? Si un manager communique naturellement sur ses plages de travail, s’il explique ses limites de disponibilité sans en faire un complexe ni un sujet tabou, il évite que le doute et la méfiance s’installent.

Alors, soyez transparent ! Vous prenez une journée ou une demi-journée de congé dans la semaine ? Précisez que vous avez travaillé une partie du week-end. Vous quittez le bureau à 16 heures ? Oui car vous avez un rendez-vous professionnel à l’extérieur, et vous finirez votre journée en télétravail. Et si c’est pour aller chercher vos enfants à l’école, vous y gagnerez un supplément d’humanité qui est aussi une qualité de management.

Éviter de fantasmer les critiques

La culpabilité au travail peut venir en réaction à des jugements négatifs que l’on s’imagine pensés par les autres. Mais êtes-vous sûr que vos collaborateurs ou vos collègues songent à vous critiquer pour votre prétendu manque de présence ?
La culture d’entreprise change, et rester travailler longtemps et tard au bureau n’est plus autant synonyme de productivité. L’heure est plutôt à l’optimisation du temps de travail, et ce « présentéisme » s’interprèterait même comme un manque d’organisation ou une posture conformiste de votre part.

Renoncer à la perfection

Vous n’êtes plus l’enfant qui veut être toujours le meilleur pour mériter les compliments de ses parents ! La culpabilité est mauvaise conseillère : elle incite à déployer un excès d’énergie qui conduit droit à l’épuisement professionnel.
Quelle compétence un manager a-t-il le plus d’intérêt à cultiver : sa capacité d’omniprésence ou son aptitude à déléguer et faire confiance à ses équipes ?
Accepter ses limites, c’est faire un grand pas vers un management serein.

Vous souhaitez développer confiance et bien-être dans vos fonctions managériales ? Cet article peut également vous intéresser :  » Développer son agilité managériale « 

Formations cadres et dirigeants
Coaching pour les professionnels
Coaching de vie

Libérez votre potentiel 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *