Prochain atelier « Réveillez votre potentiel ». Réservez vos places ici.

Quid des émotions dans le domaine professionnel ?

par | 5 Mar 2019 | Coaching pour les professionnels | 0 commentaires

Pensez-vous que la gestion de vos émotions vous permettra de gagner en performance managériale ? Et bien oui: quelle bonne nouvelle!!

Et ce n’est pas tout: bien gérer ses émotions nous permets de gagner en efficacité et en bien être.

Mais comment ne pas me laisser submerger par mes émotions selon le contexte? Je vais vous délivrer quelques astuces!

Rôle de nos émotions

L’émotion est une alerte, c’est-à-dire qu’elle vous apporte un éclairage sur ce que vous vivez à l’instant présent. Elle vous indique que vous avez un ou des besoin(s) à satisfaire.

Voyons ce que nous disent certaines émotions primaires comme la colère, la peur, la tristesse et le dégoût.

Prenons la colère en premier lieu. Ce qui déclenche la colère, c’est un « dommage » au sens large, une grande frustration.

Quel besoin met en avant cette émotion à satisfaire? Est-ce un besoin de justice? De cadre et de règles? De respect?

Pour ma part, ce qui me mets vraiment en colère c’est le manque de respect et le sentiment d’injustice. Quand je creuse, le besoin à satisfaire est le Respect au sens large, qui me donne la légitimité d’exister. Vous voyez, cela va loin!!

En deuxième lieu, regardons ce que nous dit la peur. Celle-ci  survient face à un danger, une menace, qui peuvent être soit réels, soit imaginés. Nous pouvons effectivement « psychoter » en croisant un individu ou dans une situation, alors que la menace ou le danger n’est pas présent(e).

Que vient nous dire cette émotion de peur: que nous avons besoin de protection, de sécurité, de réconfort bien évidemment! Nous pouvons également avoir peur de ne pas nous sentir à la hauteur dans un nouveau poste par exemple, et là c’est le besoin d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences, de se rassurer sur ses ressources internes.

Le rôle du dégoût est très bien expliqué dans le film « Vice et Versa »: cette émotion nous empêche de nous empoisonner physiquement et socialement! C’est également un besoin de protection qui se cache derrière, de mettre à distance quelque chose ou quelqu’un que nous estimons toxique, qui n’est pas bon pour nous.

Enfin, allons visiter la tristesse qui vient signifier que nous vivons une perte de quelqu’un et/ou de quelque chose. Derrière cette émotion, nous trouverons comme besoin à satisfaire la reconnaissance, l’attention, le réconfort et également l’amour!

 

Comment gérer nos émotions en contexte professionnel ?

Maintenant que vous savez la signification de la colère, la peur, le dégoût et la tristesse (il y en a bien évidemment d’autres à aller visiter, je vous laisse faire!): comment les prendre en compte en situation professionnelle pour mieux réagir?

La première chose à faire est d’accueillir l’émotion qui arrive, et non de la rejeter, l’ignorer car celle-ci reviendra très vite en boomerang! Cela permets ainsi de prendre un temps d’observation.

Si je me sens submergée par la colère, je vais me questionner sur le besoin que j’ai à satisfaire par rapport à cette émotion et la situation: la prise de distance est alors automatique! Je vais également pendre une grande et lente respiration, voir plusieurs si besoin, et attendre de me calmer avant d’agir. Il est important d’éviter d’agir sous le coup d’une émotion.

Car même la joie est qui est une émotion positive, peut nous faire prendre des décisions que nous pouvons regretter par la suite.

Pour exemple: j’apprends une excellente nouvelle qui me mets en joie, et mon parton arrive et me charge d’une mission complexe pour moi. Comme je suis en joie, je lui réponds : « pas de problème ! ». Une fois l »euphorie descendue, la peur peut m’arriver, car je prends conscience que je n’ai pas les moyens de remplir cette mission….

Donc en synthèse:

  • J’accueille mon émotion en me demandant quel besoin j’ai à satisfaire;
  • Je prends une grande et lente respiration  et je réitère en cas de besoin pour retrouver un calme intérieur;
  • Je n’agis pas sous le coup de l’émotion autant que faire se peut (je vais prendre l’air, faire une pause);
  • Selon la situation, je résous le problème en exprimant l’émotion et le besoin à mon interlocuteur(trice) une fois le calme retrouvé.

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Croyance, quand tu nous tiens! – ExpéRHience - […] avoir parlé des valeurs et des émotions, si nous nous penchions sur les croyances, et notamment celles qui nous…
  2. Le changement... Comment l'accompagner? - ExpéRHience - […] Le changement fait peur! Le Dirigeant et/ou Manager doit prendre en compte les peurs qui surviennent dans ce contexte.…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *